Abrégé historique

Saint-Louis, premier établissement hospitalier de Fontenay-le-Comte a été formé par des dames charitables. Il recevait pauvres et vieillards infirmes de chaque sexe. Il était financé par des libéralités des citoyens de la ville.

En septembre 1684, l'établissement fut transformé en Hôpital général. Il était situé dans le quartier des Loges. Dans la décennie suivante, des lettres patentes et déclarations royales ont réuni à l'hôpital général, des établissements jusqu'alors tenus par les protestants et les aumônes de l'Ordre de Saint-Lazare.
L'hôpital était gouverné par huit sœurs grises et recevait jusqu'à 200 indigents.

En août 1733, des lettres patentes ont confirmé l'établissement, devenu Hôtel-Dieu ; par son statut, il soigne, gouverne, traite et médicamente les malades de la ville et des faubourgs de Fontenay-le-Comte. Il bénéfice de fonds et de rentes. « Il est d'un grand secours pour les pauvres, tant par sa très bonne exposition que par les bons traitements qu'ils y reçoivent... Les régiments en garnison à La Rochelle et la marine qui est à Rochefort, en ont toujours été bien satisfaits et ils ne cessent d'y envoyer des soldats de préférence aux autres hôpitaux »

En 1770, l'établissement est gravement endommagé par des inondations et il ne dispose pas des moyens pour faire réparer les bâtiments.

Au début du XIXè siècle, l'Hôpital Général est transporté plus à l'ouest, vers la Colinerie. Pendant deux siècles, l'établissement va se développer autour de l'ancien couvent des Tiercelettes, dont plusieurs ensembles sont aujourd'hui classés au patrimoine des bâtiments historiques.

Au XIXè siècle, l'Hôpital général, « Hospice civil et militaire », conserve une certaine cohérence architecturale. A cette époque, il est, avec son équivalent de La Roche sur Yon, le principal établissement de secours aux malades du département de Vendée (224 lits en 1893).

De nombreuses modifications sont intervenues dans la seconde partie du XXè siècle : les activités se sont structurées et développées et le site s'est transformé par un ajout régulier de bâtiments. Les capacités du Centre Hospitalier Général ont été plus que doublées mais cette constante adaptation aux besoins s'est faite au prix d'une hétérogénéité des constructions.

A partir de 1990, l'établissement s'est trouvé en grande difficulté. D'importants investissements s'imposaient pour assurer la poursuite d'activités sanitaires soumises à des normes croissantes ; dans le même temps, il ne pouvait mobiliser les ressources budgétaires nécessaires. Pour préserver l'avenir et l'offre de soins, les dirigeants ont retenu une solution innovante et originale de partenariat avec la clinique voisine, posant ainsi les fondements du Pôle Santé Sud Vendée.

Et c'est en septembre 2004, à l'occasion du 320ème anniversaire de sa fondation, que l'ancien hôpital général a transféré au Pôle Santé ses activités sanitaires de court séjour et ses activités médico-techniques.

Comme le symbolise son logo, le Centre Hospitalier de Fontenay-le-Comte assure désormais ses missions sur trois sites : le Pôle Santé Sud Vendée, le Centre Médical et Gérontologique (site de l'ancien hôpital, rue Rabelais, et rassemblant les Soins de suite et de réadaptation, l'EHPAD et l'Ecole d'aides-soignants) et le Centre Psychiatrique de Secteur.

 

Vous êtes

Vous êtes ?

Plan d'accès

Plan d'accès